91863
 
 

Ali Karimi - Biographie 

Maitre en miniature persan

Résumé 

Ali Karimi (1913-1997) est un des maîtres les plus éminents contemporains de la miniature persan. Il a débuté sa formation en art de la miniature à l'âge de quatorze ans et  fini ses études à vingt-deux ans. Il a continué à se perfectionner pour devenir professeur et plus tard recteur de l'École supérieure des arts iraniens.

Karimi a produit plus de cinq-cent tableaux de miniature du style traditionnel et moderne. Ses œuvres plus caractéristiques sont conservées dans les musées iraniens et les expositions internationales. Il a participé à beaucoup d'expositions et obtenu plusieurs prix en reconnaissance de son œuvre.

En parallèle  de son travail artistique, Karimi était aussi un conservateur de l'art et de la culture de premier plan. Dans ces fonctions, il contribuait avec dévouement à la promotion des arts nationaux iraniens.

Première vie  

Ali Karimi est né en 1913 à Téhéran. Dans son enfance, il était enthousiasmé par la peinture. Ainsi sa peinture juvénile en marge des livres, sur la porte et les murs de la maison familiale, témoignait de son talent pour la peinture. Les parents d'Ali encourageaient  son intérêt pour l'art.

À l'âge de dix ans, Ali Karimi fut présenté par son père à Hossein Behzâd, maître en miniature contemporaine renommé. Karimi travailla durant quelque mois en son atelier ou il s'initia à l'art de l'esquisse. 

Ce fut le début d'une longue amitié entre les deux artistes. Plus tard Behzâd et Karimi peignirent ensemble le chef-d'œuvre "Rostam et le monstre blanc" - Une scène du Chah-Nameh de Firdûsî (Livre des Rois ), épopée nationale de l'Iran.

Éducation de l'art    

Âpres avoir terminé son éducation primaire, Ali Karimi poursuivit sa scolarité en secondaire, mais, sa passion profonde pour l'art le poussa à abandonner l'école conventionnelle au bout de deux ans. À cette époque, il était attiré par l'École des Beaux-arts et son fondateur Kamal-ol-Molk, sans aucun doute un artiste iranien très éminent.  

À l'âge de quatorze ans, Karimi commença par apprendre l'art du portrait sous la direction de Kamal-ol-Molk. Esmail Ashtiani, un autre professeur l'initia aux principes de la peinture à l'huile, de la perspective et du naturalisme. Karimi travailla avec les deux maîtres jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Ensuite, Il entra à École supérieure des arts iraniens et se spécialisa en miniature sous la houlette de Hadi Tajvidi, un des maîtres en miniature de l'époque. Ali Karimi obtint un diplôme "mention bien" à l'âge de vingt-deux ans. Il devint alors assistant professeur à l'Académie, puis professeur, et fut nommé recteur de l'école supérieure au bout de cinq ans.

À cette époque, Kamal-ol-Molk perdit un œil et mourut peu de temps après. En hommage à ce grand maître de l'art persan, Karimi fit de lui, un portrait. Cette œuvre se trouve au Musée des arts nationaux de l’Iran à Téhéran.

Réalisations artistiques  

En 1943, quand Roosevelt, Churchill et Staline se sont réunis à Téhéran, Karimi a peint a cette occasion les portraits de ces trois chefs d’état. Ces portraits leur furent offerts par le gouvernement iranien alors en place. Par la suite, Karimi fut invité par le gouvernement britannique et l'ancien gouvernement soviétique et il se rendit pour la première fois en Europe et y visita les musées de l'art à Londres et Moscou. Il eut la possibilité d’y exposer ses peintures. À Moscou, il rencontra l'artiste célèbre russe Sergueï Grassimov qui fit de lui un portrait.

En Iran, les œuvres de Karimi furent bientôt connues. Durant de nombreuses années, ses œuvres furent exposées dans les villes principales d'Asie et de l'Europe. Arrivé à maturité de sa vie artistique, Karimi prit une nouvelle direction dans l'expression de son art. Sans pour autant abandonner le style classique en miniature, l'artiste développa une nouvelle forme de réalisme contemporain et l'illustration de ses conceptions mystiques qui représente l'inspiration de l'artiste.    

Karimi obtint plusieurs prix nationaux et internationaux en reconnaissance de son œuvre. Il participa à de nombreuses expositions dans le monde, dont notamment:  

  

  • Exposition d'art d'Asie, Delhi 1954
  • Exposition universelle, Bruxelles 1958
  • Exposition d'artisanats iraniens, Paris 1971 
  • Exposition universelle, Madrid 1981
  • Exposition d'Asie, Tokyo 1986 

Karimi a produit plus de cinq-cent tableaux, non inclues des peintures inachevées ainsi que des esquisses. Ses œuvres les plus célèbres sont conservées dans les musées iraniens et internationaux. Une partie considérable de ses tableaux figure dans des collections privées réparties dans le monde entier.  

Activités  culturelles

Karimi n'était pas seulement un artiste. Il eut également a son actif de nombreuses tâches culturelles et administratives. Il fut chargé comme:   

 

  • Conservateur du Musée national d'art
  • Inspecteur du bureau des beaux-arts
  • Directeur du bureau des arts nationaux 
  • Recteur de l'école supérieure des arts iraniens 
  • Vice-président du jury de l'exposition universelle de Bruxelles en 1958
  • Conseiller principal du Centre de l'Artisanat iranien

 

En 1962, Karimi vint s'établir à Genève. Outre ses activités artistiques déjà connues, sa curiosité le poussa à entamer une étude de l'art européen. À cette époque, Karimi rencontra Picasso avec lequel il correspondit par la suite. Il eut également une correspondance avec Salvador Dalí.

En 1964, Karimi rentra à Téhéran ou il fut chargé par le gouvernement iranien de la création d'un centre de l'artisanat dont il fut nommé conseiller supérieur. Karimi participa de cette manière à la prospérité durable des artisanats iraniens. La recherche sur les styles et les époques des arts iraniens et islamiques appartenait à ses activités scientifiques.

Ali Karimi est décédé le 23 septembre 1997 après une longue maladie.